-

La parodontologie


La parodontologie (ou parodontie) est la partie de la dentisterie spécialisée dans le traitement des maladies du parodonte*, c'est-à-dire des tissus de soutien de la dent : gencive, cément, ligament parodontal et tissu osseux.

La maladie parodontale la plus fréquente est la parodontite, maladie inflammatoire d'origine bactérienne.

La parodontite est caractérisée par une perte du système d'attache de la dent et la formation de poches parodontales.
Non traitée, elle aboutit aux "déchaussements" des dents, à leur mobilité croissante et peut évoluer jusqu'à la perte des dents, avec ou sans douleur.
Lorsque l'inflammation* est limitée à la gencive (sans toucher l'os sous-jacent), on parle de gingivite. Celle-ci peut être un signe précoce de la parodontite.

Les deux principaux facteurs de risque sont le diabète non traité et le tabac, mais d'autres facteurs (anatomiques, immunitaires, génétiques, diététiques) entrent en jeu. La parodontite chronique débute fréquemment par un mauvais contrôle de la plaque bactérienne et est souvent liée à la présence de tartre.

Les symptômes peuvent être des saignements de gencive réguliers, des dents anormalement mobiles, des dents qui "se déchaussent", des dents qui changent de place dans le temps, des abcès (gonflements avec ou sans douleur, avec parfois écoulement de pus et/ou mauvaise haleine)... Le tabac chronique peut parfois masquer tout symptôme (en diminuant la micro-vascularisation).

Implant dentaireLe parodontiste prévient, diagnostique et traite les gingivites et les parodontites, ainsi que leurs séquelles. Lorsque la maladie parodontale est stabilisée, le remplacement des dents absentes est possible par chirurgie implantaire* (pose de racines artificielles en titane : photo ci-contre) ou autres types de prothèses.


Le traitement initial de la parodontite est un assainissement des tissus de soutien de la dent par surfaçages (ou curetages parodontaux). Il s'agit de 2 à 6 séances de nettoyage profond autour des dents, sous anesthésie locale, parfois accompagnée d'une antibiothérapie. Le surfaçage permet une ré-attache des tissus de soutien de la dent sur les racines et donc la suppression des poches. Une adaptation des techniques d'hygiène orale est très souvent nécessaire ; ceci déterminant en grande partie la réussite du traitement. Un suivi régulier est également indispensable pour limiter le risque de récidive.
 
Dans la plupart des cas, l'os alvéolaire* perdu autour des racines dentaires ne peut être reconstitué, il est définitivement perdu. Le but du traitement parodontal initial est donc de stabiliser la maladie (pour éviter qu'elle ne s'aggrave). Il peut rester des séquelles : espaces entre chaque dent, racines dénudées (et parfois sensibles au froid).

Dans un second temps, un traitement chirurgical (assainissement parodontal chirurgical avec sutures) peut être nécessaire. Dans certains cas enfin, des chirurgies reconstructrices (chirurgie plastique parodontale) peuvent corriger les séquelles de la maladie : comblements osseux, greffes, aménagement de la gencive.


Plan de traitement & honoraires

CONSULTATION pour avis parodontal ou implantaire (50€ NPC) : vous pensez avoir un problème parodontal ? (Gencive qui saigne, gencive qui se rétracte, abcès sur la gencive, dent qui bouge, qui se déchausse, mauvaise haleine ou tout autre problème qui pourrait concerner vos gencives ou l'os de vos mâchoires)... Prenez un simple rendez-vous de consultation pour lever le doute.
Vous avez besoin d'implant(s) pour remplacer une ou des dents manquantes : la consultation permettra de donner un premier avis et de vérifier si l'état général et bucco-dentaire le permettent.  Durée : environ 15 min.

BILAN PARODONTAL en cas de parodontite (120 € NPC : non pris en charge par la Sécurité Sociale, en plus d'actes éventuels et des radiographies qui sont remboursées). Le but du bilan est de poser un diagnostic précis et de proposer un traitement de votre maladie parodontale. Votre praticien vous fera un bilan radiographique complet si vous n'en avez pas avec vous (panoramique et radiographies rétro-alvéolaires) et un sondage (afin de mesurer le niveau d'attache du parodonte autour des dents). Il cherchera les facteurs de risques et facteurs aggravants, explorera vos indices de plaque et de saignement gingival, et évaluera l'état de vos restaurations dentaires et prothèses* existantes. Il vous fournira toutes les explications nécessaires, et vous donnera un premier pronostic selon la sévérité de votre maladie. Enfin, un devis vous sera proposé pour le traitement initial, toujours non remboursé à ce jour par la sécurité sociale. Certaines mutuelles prennent néanmoins en charge le traitement parodontal, avec éventuellement des plafonds annuels. 
Durée : 45 min à 1h00.

TRAITEMENT INITIAL de la parodontite
(révision ou adaptation des techniques d'hygiène, 1 à 6 séances de surfaçage, ou de détartrages approfondis, et contrôle de l'inflammation) : très variable selon la localisation de la maladie (parodontite généralisée ou localisée), et la sévérité (légère, modérée, sévère). Compter de 300 à 1700 € de traitement parodontal initial selon la sévérité de la parodontite. Ce traitement initial peut également nécessiter en sus des mesures thérapeutiques additionnelles classiques (prise d'antibiotiques, traitements endodontiques*, obturations dentaires, orthodontie*, prothèses* provisoires et/ou définitives).
A l'issue du traitement initial on doit obtenir la baisse ou la disparition de l'inflammation, ainsi qu'un bon contrôle de la plaque dentaire par le patient.

TRAITEMENT CHIRURGICAL de la parodontite (chirurgie curative = chirurgie d'assainissement) : Là encore, le coût est très variable. La phase chirurgicale n'est pas toujours nécessaire. Elle peut être indiquée lorsque du tartre subsiste dans une zone inaccessible ou que des poches ne guérissent pas avec les surfaçages. Le but est d'obtenir une "ré-attache" du parodonte à la surface de la racine, et d'éviter les récidives. (compter environ 580€ par séance, selon l'étendue et la sévérité des lésions à traiter). Dans certains cas enfin, le traitement initial et le traitement chirurgical peuvent être faits quasi simultanément, notamment en cas de parodontite sévère.

CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE et CHIRURGIE PLASTIQUE PARODONTALE :
- Dans le cas d'une parodontite stabilisée (guérie), il peut subsister d'importantes séquelles esthétiques ou fonctionnelles. Le but de la chirurgie reconstructrice est de traiter ces séquelles, de reconstruire les tissus perdus, d'empêcher les récidives, de faciliter l'accès à l'hygiène dentaire, d'améliorer l'esthétique.
- Traitement des séquelles d'un traitement endodontique*, orthodontique*, prothétique*
- Traitement des récessions gingivales d'origine traumatique (ex : brossage trop agressif ayant dénudé la racine des dents, avec sensibilités au froid
; sans forcément d'atteinte osseuse)
- Chirurgie d'augmentation osseuse, en vue de remplacer les dents manquantes, notamment par bridge ou implants.

* Définitions

* Parodonte : Ensemble des tissus de soutien de la dent (gencive, cément, ligament parodontal ou desmodonte, os alvéolaire).
* Endodontie : discipline traitant l'endodonte, c'est-à-dire la partie vivante de la dent (la pulpe). (dévitalisation / pulpectomie / obturation radiculaire / traitement ou retraitement endodontique).
* Orthodontie : discipline traitant du positionnement des dents dans l'espace (traitement "multi-bagues" par exemple, fréquemment mis en œuvre chez l'enfant). (Traitement orthodontique).
* Prothèse : dispositif médical remplaçant une ou des dents manquantes (appareil amovible partiel ou total, couronnes fixes s'appuyant sur une racine naturelle, bridge reliant plusieurs dents de la même façon, couronnes sur implants).
* Implant : racine dentaire prothétique en titane, intégrée dans l'os, permettant la mise en place d'une couronne prothétique fixe ou de faciliter la rétention d'un appareil amovible. (Implantologie).
* Os alvéolaire : os de soutien des dents, dont la présence est directement corrélée à celle de la dent. La racine dentaire est ancrée dans l'os alvéolaire par l'intermédiaire du cément et du ligament parodontal. En l'absence de dent, l'os alvéolaire se résorbe progressivement.
* Cément : tissu calcifié revêtant la surface de la racine dentaire, dans laquelle les fibres du ligament parodontal sont ancrés.
* Inflammation : processus de défense de l'organisme face à une agression (bactéries, traumatisme). L'inflammation se caractérise par la tétrade "douleur, œdème, rougeur, chaleur". Une inflammation chronique (qui dure dans le temps) produit souvent des séquelles.

_


Mots-clefs : parodontie, parodontologie, parodontiste, parodontologue, bactéries parodontales, chirurgie muco-gingivale, chirurgie plastique parodontale, chirurgies parodontales, diabète, tabac, tabagisme, facteurs de risques, détartrage, surfaçage, curetage radiculaire, gingivite, greffe de gencive, greffe gingivale, hygiène bucco-dentaire, infection parodontale, maintenance et suivi parodontal, maladie parodontale, parodonte, parodontite, pathologies buccales, perte osseuse, alvéolyse, plaque dentaire, poche parodontale, préservation des crêtes alvéolaires, prévention, recouvrement des racines dénudées, dénudation radiculaire, récession gingivale, déchaussement, technique de brossage, régénération osseuse, comblement osseux, tunnelisation, mobilités dentaires, dents qui bougent, perte de dent sans carie, élongation coronaire, gonflement de gencive, gencives qui saignent, gingivorragie, gencives rouges, éviter la formation de plaque dentaire, éviter la formation du tartre.

Assistant de création de site fourni par  Vistaprint